Tous les chênes

Généralités
botaniques
ClassificationsListe des
espèces
Noms
vernaculaires
Retour au
sommaire

 Quercus robur
AuteurL. 1753
Synonymes cuneifolia Vuk. 1833
fastigiata Lam.1785
filicifolia A.DC 1864
foemina Mill. 1768
fructipendula Schrank 1789
germanica Lasch 1857
haas Kotschy 1858
hispanica Willk. 1852
laciniata Lodd. 1836
lanuginosa Beck 1890 nom. illeg.
longaeva Salisb. 1792 nom. illeg.
oxylepis Vuk. 1883
pedunculata Ehrhart 1789
pedunculata Hoffm. 1791
pyramidalis Gmelin 1808
racemosa Lam. 1785
robustissima Simonk. 1890
stenocarpa Vuk. 1879
suecica Borbas 1890
tardifolia Stev. 1857
Noms locauxchêne pédonculé ; chagne ; gravelin ; English oak ; chêne mâle ;
DistributionEurope sauf région méditerranéenne ; nord-est Russie ; sud-ouest Asie ; Afrique du nord ; 0-1000 m ;
Taille et port30 m et plus, pour un tronc jusqu'à 3 m de diamètre ; cime en dôme ample ;
Feuilles 5-12 (-17) cm sur 3-8 (-11) ; presque glabres des 2 côtés (on peut trouver des poils unisériés et quelques poils solitaires sur la veine médiane dessus, et dessous des poils unisériés diffus mais plus nombreux aux aisselles, et des poils solitaires sur la veine médiane) ; 2 à 5 paires de lobes arrondis, à sinus obtus plus ou moins profonds ; base du limbe auriculée, ou encochée, asymétrique ; la plus grande largeur de limbe dans le tiers sup. (à la différence de Q. petraea) ; vert foncé terne dessus, vert glauque et pâles dessous ; 5-7 paires de nervures secondaires en relief ; pétiole semicylindrique, glabre, court et jaunâtre (0,4 à 0,7 cm ) ;
Fleursprintemps ; chatons mâles vert jaune de 3-10 cm, à rachis glabre; périanthe mâle lacinié, 5-8 étamines glabres ainsi que les anthères ; inflorescences femelles de 3-10 cm, glabres ; périanthe femelle à 4-6 lobes courts ;
3 styles courts soudés dans leur partie inférieure et dilatés en stigmates rouge foncé.
Fruitsgland ovoïde, de 1,5 à 4 cm, brun foncé, souvent ridé, à apex légèrement déprimé ; par 2 ou plus sur un long pédoncule fin de 4 à 10 cm (de longueur supérieure ou égale à celle de la feuille) ; cicatrice basilaire petite, plate, à pores très fins ; stylopodium conique, pubescent ; cupule peu profonde (1/4 à 1/2 du gland) à écailles triangulaires apprimées, peu duveteuses ou glabres, plates dessus ; mûr en 1 an en sept.-oct.;
Ecorce, rameaux, bourgeonsécorce grise, densément fissurée en plaques rectangulaires ou hexagonales ; rameaux brun vert puis brun gris, à lenticelles pâles et rondes, d'abord un peu pubescents puis glabres, lisses ; bourgeons ovoïde conique, en bouquet à l'extrémité des rameaux, brun clair, de 5 mm, à nombreuses écailles obtuses imbriquées ciliées à leur extrémité ;
Habitat et culturerustique ; toutes terres même lourdes ; vit 800 ans et plus ;
Divers

-- A. Camus : n°163 ;
-- section Quercus ;

-- "lanuginosa" est un terme qui a inspiré plusieurs Auteurs, et qu'il est préférable d'abandonner afin d'éviter des confusions :
- Q. lanuginosa Franchet 1899 nom. illeg. = Q. franchetii
- Q. lanuginosa (Lam.)Thuill.1799 nom. illeg. = Q. pubescens
- Q. lanuginosa Beck 1890 nom. illeg. = Q. robur (sic !)
- Q. lanuginosa sensu Lam. 1778 nom. illeg. = Q. cerris L. 1753
- Q. lanuginosa D.Don 1825 nom. illeg. = Q. lanata

-- Les principaux hybrides naturels de Q. robur sont : Q. x andegavensis, Q. x cantabrica, Q. x carrissoana, Q. x coutinhoi, Q. x gallaecica, Q. x haynaldiana, Q. x kerneri, Q. x rosacea, Q. x turneri

Sous-espèces et variétés

--- A/ Il existe 5 sous-espèces en plus du type :
-1_
subsp. brutia (Ten) O.Schwarz 1936 = voir Q. brutia

-2_
subsp. imeretina (Stev. ex Woronow) Menitsky 1968 = voir Q. imeretina

-3_
subsp. pedunculiflora (K.Koch) Menitsky 1967 = voir Q. pedunculiflora

-
4_ subsp broteroana Schwarz 1937
ce serait en fait un hybride entre Q. robur et Q. petraea.
jeune rameau souvent à poils simples, puis glabre ; bourgeons de 3-4 mm, le plus souvent sans stipules, à écailles glabres ou ciliées à l'apex ; feuilles
un peu coriaces, glabres des 2 côtés, à 3-7 lobes obtus parfois lobulés, vert foncé brillant dessus, plus pâles dessous ; apex obtus, base souvent auriculée, ou arrondie ; 5-6 paires de nervures secondaires, avec veines intercalaires ; pétiole court ; grands chatons mâles et femelles ; gland de 2-4 cm de long, à stylopode pubescent ; grande cupule (18-23 mm de diamètre), à larges et nombreuses écailles (3-5 mm de large) non soudées et à pointe étroite subaiguë. Présent dans le Nord et le Centre de la Péninsule Ibérique.

- 5_subsp. estremadurensis (O.Schwarz) A.Camus 1938
= Q. estremadurensis
O.Schwarz 1936
c'est, pour les auteurs Espagnols et Portugais, une espèce à part entière, compte tenu de sa distribution, de son habitat, de son comportement écologique, de ses cararctères morphologiques tels que la pilosité et la forme des feuilles, aussi bien que la forme et le développement de son embryon (voir images plus bas). Cette (sous-)espèce se trouve dans le centre-ouest de la Péninsule Ibérique, surtout au Portugal, dans de profondes vallées à humidité et température constantes et des sols siliceux.
Arbre atteignant 20 m
, à rameaux tortueux un peu sillonnés, saupoudrés de lenticelles rondes ; feuilles marcescentes de 7-14 cm x 4-7, planes, irrégulières, plutôt rhomboïdales, un peu coriaces ; brillantes et glabres dessus ; mates, glabres à glabrescentes (parfois avec des poils stellaires et/ou simples surtout sur la veine médiane) et presque glauques dessous ; base auriculée ; marge sinuée-lobée à lobes égaux, courts, plutôt pointus ; sinus peu profonds, assez étroits ; 6-8 paires de veines secondaires sinueuses, peu ou pas saillantes, à angle aigu avec la veine médiane ; pas de veines sinusales ; veines tertiaires fines ; les feuilles d'été sont plus étroites et irrégulières, avec moins de veines secondaires mais avec quelques veines sinusales ; pétiole rosé très court ou nul (1-5 mm) ; pédoncule long, mince, plus ou moins glabre ; glands avortés fréquents ; cupules à écailles nombreuses, apprimées, pubescentes ; gland ovale-oblong, à stylopodium pubescent ;

--- B/ Selon que l'on observe les feuilles, les fruits, etc., de nombreuses variétés ont été décrites, qui sont en fait des formes géographiques du type, avec quelques variantes non fixées pour la plupart, dont :

_ var. tardissima Mathieu & Fliche, ou Simonk.
= "chêne de juin", qui débourre 1 mois plus tard que le type et dont la cime est ovoïde étroite ; Est de la France ;

_ var. fastigiata Loud.
= Q. fastigiata Lam. 1785.
= Q. pyramidalis Gmelin 1808
le plus souvent greffé à partir d’un arbre découvert en Allemagne ;

_ var. haas A.DC
= Q. haas Kotschy 1862
= Q. pedunculata var. haas Boiss. 1879
= Q. brutia subsp. haas O.Schwarz 1934
feuilles comme Q. robur ; mais en est différent par la pubescence des jeunes rameaux, des pédoncules et de la face inférieure des feuilles ; ressemble à Q. brutia ; rare ; sud-est Europe ; Asie Mineure ; voir Q. pedunculiflora.

_ var. salicifolia
= Q. robur 'Salicifolia'
pétioles plutôt longs (d'ailleurs Hillier en fait une variété de petraea..).
Les feuilles des jeunes sujets sont souvent un peu lobées, mais celles des arbres adultes sont toujours entières ; les glands reproduisent assez fidèlement le taxon mère (c'est peut-être une espèce...?).

Images