Tous les chênes

Généralités
botaniques
ClassificationsListe des
espèces
Noms
vernaculaires
Retour au
sommaire

 Quercus petraea
Auteur(Matt.)Liebl. 1784
Synonymesauzin Secondat ex Bosc 1807
calcarea Troitzky 1931
columbaria Vuk. 1883
conglomerata Pers. 1807
coriacea Bechst. 1814
coronensis Schur 1866
decipiens Behlen in Bechstein 1814
longipetiolata Schur 1866
mespilifolia Wallr. 1822
petiolata Schur 1857
petraea var. laciniata (Lam.) C.Vicioso 1950
regalis Burnett ex Endl. 1848
robur var. petraea Mattuschka 1779 nom. invalid.
robur var. laciniata Lam. 1785
robur var. platyphylla Lam. 1785
robur subsp. sessiliflora (Salisb.) A.DC 1864
sessiliflora Salisb.1796, nom. illeg.
sessilis Ehrh. ex Shur 1857
sphaerocarpa Vuk. in Schlosser 1876
sublobata Kitoibel 1814
Noms locaux chêne sessile ; chêne rouvre ; Roure ; ch. mâle ; drille; durelin ; chêne de Durmast ;
DistributionEurope ; Asie occidentale ; en France n'est pas dans les Alpes, le Midi et le Sud-ouest ; plus en altitude que Q. robur ;
Taille et port20 m en moyenne ; peut atteindre 45 m pour un tronc de 2 m de diamètre ; rameaux également répartis le long des branches, non regroupés à son extrémité;
Feuilles 6-12 (-16) x 4-7 (-9) cm ; 5 à 8 paires de lobes arrondis, sinus atteignant parfois la 1/2 du demi limbe ; assez raides ; luisantes, vert foncé et glabres dessus ou avec quelques rares poils simples et étoilés ; mates et vert clair dessous, souvent pubescentes à l'aisselle des nervures ; base asymétrique ou un peu tronquée ; 5-7(-8) paires de nervures secondaires ; nervures tetriaires peu marquées, anastomosées en réseau lâche, irrégulier ; avec nervures sinusales présentes ; la plus grande largeur du limbe est au milieu (à la différence de Q. robur); pétiole long (1 à 3 cm ), vert jaune et glabre, sillonné dessus ;
Fleursd'avril à mai ;
Mâles en chaton brun doré pendant, de 3-5 cm, à rachis glabre ou à peine pubescent ; périanthe lacinié en 6-8 lobes à bord cilié ; étamines glabres à anthères elliptiques plus courte que les filets.
Femelles sessiles (ou sur très court pédoncule), solitaires ou en bouquets de 2-6 près de l'extrémité du rameau de l'année ; styles très courts, velus, divergents dès la base ; stigmates rouge foncé.
Fruitsgland ovoïde de 1,5 à 4 cm sur 1 à 2,5 de diam., au tiers dans une cupule sessile (ou à très court pédoncule épais) à écailles appliquées, brunâtres, pubescentes, ovales lancéolées à pointe atténuée, plates ou très peu convexes dessus ; maturation annuelle, en Sept. ou Oct. ; stylopodium pubescent, cicatrice basilaire plane, très poreuse.
Ecorce, rameaux, bourgeonsécorce grise finement fissurée, devenant craquelée ; rameaux gris brun vert, luisants, à petites lenticelles elliptiques fauves, glabres ou parfois avec quelques poils caducs, anguleux ; bourgeons pointus, de 4-9 mm, à écailles fortement imbriquées et ciliées à l'apex, souvent agglomérés à l'extrémité du rameau ;
Habitat et culture rustique mais supporte mal les gelées tardives ; toutes terres même calcaires et pauvres, mais préfère les sols acides et bien drainés; vit longtemps ; croissance plus rapide que Q. robur ;
Divers-- A. Camus : n° 155
-- se distingue de Q. pubescens par son long pétiole et ses rameaux glabres ;
-- Forme des hybrides essentiellement avec :
Q. robur (= Q. x rosacea),
Q. pyrenaica (= Q. trabutii),
Q. pubescens (= Q.streimii),
Q. canariensis (= Q. viverii, mais ce taxon est peut-être hybride de Q. canariensis et de Q. robur)
Sous-espèces et variétés

--- 4 sous-espèces :
1/ subsp. petraea
c'est le type décrit

2/ subsp. huguetiana Franco et Lopez-Gonzalez 1987  
= Q. huguetiana (Franco et G.Lopez) Rivas Mart. 1992
= Q. petraea var. viciosoi Villar 1958, nom. inval.
= Q. mas Thore 1803
= Q. petraea subsp. mas (Thore) Vicioso 1950
= parfois considéré comme hybride entre (petraea X canariensis) X petraea ;
feuilles caduques, coriaces, de 7-12 cm sur 4-9, plus fermes que celles de Q. petraea, avec des lobes plus pointus et plus marqués, obovales, sinuées-lobées à sinus assez étroits et profonds, à 8-12 paires de nervures secondaires sans nervures sinusales (ou quelques unes à la base), à nervation tertiaire fine et régulière ; glabres desssus, dessous d'abord à pubescence courte et dense puis presque glabres ou à quelques longs poils sur les nervures ; pétiole cannelé de 1-3 cm; chaton mâle de 7-10 cm ; écailles basales de la cupule tuberculées, bossues, ovales larges à pointe brusquement acuminée ; jeune rameau fin et poilu, puis rapidement glabre, strié, à lenticelles abondantes ; bourgeon de 5-8 mm, à écailles à bord cilié ; stipules très poilues, souvent persistantes ;
Catalogne, sud de la France (?)

3/ subsp. iberica : voir Q. iberica

4/ subsp. pinnatiloba (C.Koch) Menitsky 1972
= Q. pinnatiloba C.Koch 1849 (A. Camus = n° 157)
= Q. cedrorum Kotschy 1862 (A. Camus = n° 161)
= Q. robur var. cedrorum (Kotschy) A.DC 1864
= Q. sessiliflora var. cedrorum (Kotschy) Boiss. 1879
= Q. abietum Kotschy ex A.DC 1864
= Q. subalpina Kotschy 1864
= Q. vulcanica Boiss. et Heldr. ex Kotschy 1860, non Borzi 1905
de arbrisseau à 9-10 m. ; cime arrondie ; feuilles de 8-15 cm sur 5-10, oblongues, glabres dessus, à fin tomentum jaunâtre dessous ou seulement une nervure médiane poilue ; à 6-10 paires de lobes lancéolés assez profonds, étroits et un peu pointus, avec lobes secondaires ; 7-8 paires de veines latérales incurvées, veines intercalaires présentes ; gland de 2 cm, à apex déprimé,  dans une cupule hémisphérique à écailles tomenteuses et plates ; rameaux glabres ; écorce foncée, crevassée ; rustique, toutes terres ; Turquie du sud-ouest et du centre, Syrie ; jusqu'à 2700 m ;
Ne pas confondre ce taxon avec Q. vulcanica Borzi 1905, qui est un hybride de pubescens et de frainetto.


--- Q. petraea subsp. medwediewii (A.Camus)Menitsky 1968
= Q. lanuginosa subsp. medwediewii A.Camus
= Q. calcarea Troitzky 1931 non Gand.
est pour Menitsky un taxon à part, caractérisé par une pubescence plus prononcée que le type, des sinus plus profonds (1/3 à 3/4 d'un demi limbe) ; les jeunes pousses, les pétioles et les faces inférieures des feuilles sont d'abord très pubescents (visible à l'oeil nu), puis deviennent glabrescents, la pubescence se maintenant à la base du limbe et des veines latérales. C'est pour Menitsky le résultat d'une introgression avec Q. pubescens.
Pour Govaert & Frodin c'est un synonyme de Q. iberica.


--- plusieurs variétés :
- var. louettei Petz. et Kirchn.1864, à feuilles étroites, allongées, à bord peu ou pas sinué ;
- var. platyphylla, à lobes moins profonds toujours obtus.
- var. globosa, à gland subglobuleux de 1,2-1,5 cm.
- var. laciniata, à lobe long et plutôt pointu, sinus profonds.
- var. mespilifolia
- var. acutiloba

Images

dessin au crayon