Tous les chênes

Généralités
botaniques
Classifications Liste des
espèces
Noms
vernaculaires
Retour au
sommaire

  Quercus virgiliana
Auteur (Ten.)Ten. 1835 Fl. Napol. 5: 262
Synonymes robur var. virgiliana Ten. 1831
dalechampii Wenzig non Ten.
robur var. tenorei A.DC 1864
tenorei (A.DC) Borzi 1911
virgiliana var. tenorei (A.DC) O.Schwarz 1937
amplifolia Guss. 1844 Flora siculae synopsis 2
brachyphylloides Vuk. 1880
tommasinii Kotschy 1871
confusa Simonk. in Kerner 1902 non Wooton et Standl. 1913
cupaniana Guss. 1844
lanuginosa (Lam.) Thuill. subsp. virgiliana (Ten.) Jav. 1924
lanuginosa var. virgiliana (Ten.) A.Camus
pubescens subsp. virgiliana (Ten.) Soo 1964
Noms vernaculaires "chêne de Virgile"
Distribution Sud de l’Europe ; Corse de l’est ; Italie ; jusqu'à la Mer Noire.
Taille et port atteint 20 m ;
Feuilles 5-12 cm x 3-6 (un peu plus grandes que chez Q. pubescens), obovales larges à oblongues, plates ; rondes ou subcordées à la base ; lobées (5-7 paires de lobes souvent arrondis et parfois mucronés) et sublobées ; dessus avec trichomes solitaires et fasciculés stipités ; dessous cotonneuses, à nombreux poils simples unisériés, moins nombreux poils fasciculés stipités, et quelques poils solitaires le long de la veine médiane, et stigmates partiellement couverts de cire ; pétiole de 0,3-2 cm ;
Fleurs de Février à Avril ; chatons mâles de 3-6 cm de long ; chatons femelles de 2-6 mm, pubescent ;
Fruits gland ovoïde ou ellipsoïde de 2-3,5 cm de long pour 1,2-2 cm de diamètre, par 1 à 5, subsesssile ou sur un pédoncule court ; cupule hémisphérique, à écailles plates et lancéolées à pointes parfois un peu dressées, à marge frangée ; gland recouvert au 1/4 ou jusqu'à la 1/2 par la cupule ; mûrs en Octobre-Novembre ;
Ecorce, rameaux, bourgeons écorce fissurée longitudinalement et horizontalement, formant des plaques rugueuses ; jeune rameau pubescent ;
Habitat et culture Espèce très adaptable, acceptant des terres siliceuses ou calcaires ;
Divers

-- Sous-genre Quercus, Section Quercus, Série Roburoid ;
-- Pour Govaerts et Frodin, c'est un synonyme de Q. pubescens subsp. pubescens, mais ces auteurs admettent que l'on puisse en faire une espèce à part entière.
-- Pour Hedge et Yaltirik, 1982,  c'est peut-être un hybride entre Q. pubescens et Q. petraea...

-- Pour certains Auteurs, Italiens en particulier, Q. amplifolia (diagnose ICI) est une espèce à part entière, décrite comme suit :
<< Abre atteignant 20 m, à
écorce profondément fissurée et très épaisse brun noir ; jeunes rameaux pubescents ; pétiole de 0,4-1,2 cm ; limbe coriace, 5-18 cm x 5-16, oboval à subarrondi, base subcordée, dessus vert sombre à poils épars, dessous grisâtre à pubescence dense, marge à 3-5 paires de lobes arrondis parfois mucronés, à sinus de profondeur variable ; chatons mâles de 3-5 cm, à périanthe à 5-6 lobes entiers et ciliés ; chatons femelles de 2-4 mm à 3-5 fleurs ; axe fructifère court, à 1-4 fruits subsessiles ou à pédoncule très court ; cupule englobant 1/4 du gland, à écailles gibbeuses glabres ou un peu pileuses ; gland ovoïde à ellipsoïde de 2-4 cm, arrondi et mucroné à l'apex ; fleurs en Mars ou Avril ; fruits mûrs en Octobre-Novembre ; adapté aux sols arides ; Centre et Sud de l'Italie, Sicile, Sardaigne >>

Sous-espèces et variétés
Images