Tous les chênes

Généralités
botaniques
ClassificationsListe des
espèces
Noms
vernaculaires
Retour au
sommaire

 Quercus salicifolia
AuteurNée 1801
Synonymesacapulcensis Trel. 1924
boquetensis Standl. 1940
borucasana trel. 1924   (A. Camus : n° 323)
chiriquensis Trel. ex C.H.Muller 1942
citrifolia Liebm. 1854
duratifolia C.H.Muller 1942 (A.Camus : n° 330)
eugeniifolia Liebm. 1854       (A.Camus : n° 231)
eugeniifolia f. petiolata Trel. 1924
flagellifera Trel. 1924
granulata Liebm. 1854, nom. illeg. non Raf. 1838
mulleri Martinez 1953
panamandinea C.H.Muller 1942
petiolata (Trel.) E.Murray 1983, nom. illeg.
pittieri Wesm. ex Seem. 1904, nom. nudum
salicifolia var. seemannii (Liebm.) Wenz. 1884
seemannii Liebm. 1854     ( A.Camus : n° 362)
tahuasalana Trel. 1924
Noms locauxencino saucillo ;
Distribution Mexique dans la Sierra Madre del Sur, versant Pacifique (Chiapas, Colima, Guerrero, Jalisco, Michoacan, Oaxaca, Puebla, Querretaro); Costa Rica, Guatemala, Honduras, El Salvador, Panama, Nicaragua ; 800-2000 m ;
Taille et port12 à 25 m, pour un tronc de 60 cm de diamètre ; peut atteindre des dimensions encore plus grandes ; tronc cylindrique ; cime arrondie, dense ;
Feuilles

7-15 cm sur 1,5-4 ; caduques ; coriaces ; elliptiques-lancéolées ; pointues, acuminées et aristées à l'apex ; base étroitement ronde ; bord épais mais non révoluté, ondulé, entier ; dessus lisses, vert foncé et brillantes, glabres ; vert plus pâle, un peu glauque, lisses et glabres (ou quelques poils glandulaires) dessous ; 12-20 paires de nervures latérales légèrement ascendantes et pas vraiment parallèles, peu en relief à la face inférieure ; épiderme lisse, papillaire, non bullé ; pétiole de 1-6 mm, rosé, glabrescent ;

Fleurs de Décembre à Janvier ; mâles chatons de 4-6 cm, peu fleuri; fleurs femelles sur un pédoncule de 0,2-0,8 cm à 1-4 fleurs ;
Fruits gland de 1-1,6 cm de long pour 0,8-1,2 cm de diamètre, cylindrique-elliptique, mucroné, pubescent ; par 1 à 2 sur un pédoncule de 1 cm ; péricarpe pubescent à l'intérieur ; cupule hémisphérique ou moins profonde, de 1,5-2 cm de diamètre, à écailles pointues, brillantes, couleur café, englobant 1/4 ou 1/3 du gland ; mûr en 2 ans, d'Avril à Juillet;
Ecorce, rameaux, bourgeons

écorce lisse ou finement rugueuse, gris jaune à noire, à crêtes verticales et fissures horizontales ; rameaux fins de 1-2,5 mm d'épaisseur, devenant glabres, café rosé foncé ; lenticelles claires de 0,5-1 mm ; bourgeon ovoïde, pointu, de 1,5-5 mm, brun rouge foncé, à écailles soyeuses parfois ciliées ; stipules caduques ;

Habitat et culturerustique en zone 8 ; croissance lente ; forêts de montagne humides ;
Divers-- A. Camus : n° 405
-- Section Lobatae ; sous-section Eugeniaefoliae ;
-- Hybrides avec Q. benthamii, Q. cortesii et Q. sapotifolia ;
-- Ressemble à Q. pinnativenulosa, mais ce dernier a un apex longuement acuminé, avec une longue pointe aristée souvent spiralée.
-- Q. mulleri serait une variante à feuilles présentant 25-30 paires de veines secondaires faisant un angle de 60° avec la veine médiane ; Mexique (Oaxaca) ;
-- Pour certains Auteurs (Susana Valencia-Avalos), Q. eugeniifolia est une espèce à part entière, mais qui ne diffère de Q. salicifolia que par le degré de pubescence de la face inférieure des feuilles (pour eugeniifolia la feuille est glabre dessous ou avec quelques trichomes stellaires à la base) ; Mexique (Hidalgo, Puebla, Veracruz) à 1400-1900 m ; Costa-Rica ; Panama ; pour d'autres Auteurs c'est une variété de Q. affinis.
-- Pour Govaerts (2007), ainsi que pour l'Institut de Biologie de l'Université Nationale du Mexique (2003), les espèces suivantes sont des espèces à part entière : Q. mulleri, Q. seemannii [= salicifolia var. seemannii (Liebm.) Wenz. 1884, boquetensis Standl. 1940, citrifolia Liebm. 1854].
-- Q. panamandinea est pour Govaerts et Frodin une espèce à part, et Q. chiriquensis leur est inconnu...
-- Pour Susana Valencia Avalos 2004, Q. duratifolia est une espèce à part entière, mais pas pour Linares, J.L., 2006 (El Salvador), ni pour Govaerts, 2007.
Sous-espèces et variétésQ. tonduzii Seemen 1904  (A. Camus : n° 324)
= Q. seemannii var. ou subsp tonduzii (Seem.) E.Murray 1983
diffère de Q. seemannii par l'absence de pubescence à la base du limbe dessus ; Costa Rica, est très proche (ou identique ??) ; Burger (1977) considère que Q. seemannii est un complexe, compte tenu de sa considérable variabilité, qui intègre probablement Q. guglielmi-treleasei et Q. tonduzii.
Images